Cécités et créations

  • Maria Fernanda Arentsen professeure à l’Université de Saint-Boniface
  • Hannah Thompson professeure de français et des Critical Disability Studies à la Royal Holloway, Université de Londres

Abstract

Ce numéro spécial interroge et affirme les liens productifs et innovateurs qui existent entre cécité et création. Nous réunissons ici des réflexions historiques, créatives et littéraires qui montrent, de manière pluridisciplinaire, que de nouvelles conceptions de la cécité peuvent briser les images stéréotypées de la personne aveugle qui hantent la société contemporaine. Nous rejetons le modèle médical de la cécité qui représente la personne aveugle comme victime ou objet de pitié souffrant de son sort. Tout en reconnaissant les inconvénients qu’affrontent les personnes aveugles dans un monde fait pour et par les personnes non aveugles, nous affirmons que la cécité n’est ni problème ni tragédie. Au contraire, elle ouvre de nouvelles perspectives intellectuelles, imaginatives, esthétiques et innovatrices qui remettent en question la position privilégiée de la vue dans la hiérarchie des sens.

Author Biographies

Maria Fernanda Arentsen, professeure à l’Université de Saint-Boniface

Maria Fernanda Arentsen est professeure titulaire au Département d’études françaises, de langues et de littératures à l’Université Saint-Boniface. Elle a publié de nombreux travaux sur l’exclusion et le handicap et a organisé de nombreuses manifestations scientifiques dans ce domaine, dont deux colloques internationaux et plusieurs séances au sein de colloques scientifiques. En tant que représentante francophone de l’Association canadienne d’études sur le handicap, elle a été responsable de l’organisation du volet francophone des colloques annuels de l’Association depuis 2014. Plusieurs activités culturelles et communautaires de diffusion de connaissances et de sensibilisation autour du handicap lui ont également permis de tisser des liens étroits avec diverses institutions et organisations de la communauté franco-manitobaine. Ses travaux de recherche se centrent sur les discours autour de l’altérité dans la littérature. Elle travaille présentement sur un programme de recherche subventionné par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada intitulé Le corps blessé dans les littératures québécoise et canadienne d’expression française (1945-2015).

Hannah Thompson, professeure de français et des Critical Disability Studies à la Royal Holloway, Université de Londres

Hannah Thompson est professeure de français et d’études critiques du handicap à Royal Holloway, membre de l’Université de Londres, où elle dirige également le Humanities and Arts Research Institute (HARI). Elle s’intéresse surtout à la représentation du corps dans le roman moderne, et elle a écrit trois ouvrages sur la littérature française : Naturalism Redressed: Identity and Clothing in the Novels of Emile Zola (Legenda, 2004); Taboo: Corporeal Secrets in Nineteenth-Century French Fiction (Legenda, 2013) et Reviewing Blindness in French Fiction (1789-2013) (Palgrave, 2017). En 2017, elle a rédigé un état des lieux sur les études du handicap francophones intitulé « French and Francophone Disability Studies » pour la revue French Studies et en 2018 elle a codirigé avec Vanessa Warne le numéro spécial de la revue Disability Studies Quarterly intitulé « Blindness Arts ». Elle travaille actuellement sur les liens entre traductologie et audiodescription et ce que la cécité apporte aux personnes non aveugles. Elle tient également un blogue intitulé Blind Spot : https://hannah-thompson.blogspot.com/

Published
2019-12-19