Lire et écrire la musique sans voir

Genèse d’une notation musicale pour les personnes aveugles de Valentin Haüy à Louis Braille

  • Sébastien Durand docteur en musicologie et professeur à l’Université de Tours

Abstract

Dans son Essai sur l’éducation des aveugles (1786), Valentin Haüy fait la démonstration du progrès apporté aux personnes aveugles par la réalisation de partitions imprimées en relief. En effet, la possibilité de prendre connaissance d’un texte musical sans avoir recours à la dictée d’un tiers pour le mémoriser constitue une étape importante vers l’autonomie des musiciens aveugles et vers l’essor de leur créativité. Cependant, il ne s’agit encore à cette époque que des prémices d’une notation musicale spécifique, et le chemin sera encore long avant de leur permettre de lire et écrire la musique par eux-mêmes de manière totalement probante. Plusieurs systèmes différents de notations seront expérimentés à Paris à partir de la fin du XVIIIe siècle (aux Quinze-Vingts et à l’Institution Royale des Jeunes Aveugles), avec des fortunes diverses, avant que Louis Braille ne propose une véritable solution révolutionnaire dans la seconde édition de son Procédé pour écrire les paroles, la musique et le plain-chant en 1837. Cette étude propose de montrer les différentes étapes de cette évolution, en évoquant plusieurs figures de musiciens aveugles qui ont pris une part active dans l’élaboration de ces processus créatifs et innovants, transformant ainsi radicalement le rapport entre la cécité et la pratique de la musique.

Author Biography

Sébastien Durand, docteur en musicologie et professeur à l’Université de Tours

Sébastien Durand est professeur agrégé en éducation musicale à l’Université de Tours (France), docteur en musicologie, membre du laboratoire Interactions Culturelles et Discursives (ICD) et coresponsable du Centre de formation des musiciens intervenants. Il enseigne également l’écriture musicale à l’Université Catholique de l’Ouest (Angers, France). Musicologue spécialisé dans les Disability Studies, en particulier dans le rapport entre musique et cécité, il a consacré plusieurs publications à ce sujet, dont un ouvrage consacré à l’organiste et compositeur Gaston Litaize. Il est l’auteur d’une thèse de doctorat intitulée Les Aveugles et l’école d’orgue française : un siècle d’orgue à l’Institut National des Jeunes Aveugles de Paris (1820-1930). Chef de chœur et chef d’orchestre, il est président du Florilège Vocal de Tours, concours international de chant choral, et membre du bureau du Grand Prix Européen de chant choral.

Published
2019-12-19